ARTBOOK-PASSION : Le meilleur site de critique de livre et d'artbook 

Facebook Twitter Gplus YouTube RSS

THE ART OF MATRIX : Un artbook Culte pour un film Culte

artbook couverture art matrix

Matrix, personnellement j’ai bien aimé cette trilogie, n’en déplaise à certains ! Enfin pour être exact, j’ai adoré le premier et les deux suivants m’ont bien diverti (car parfois je ne demande rien d’autre à un film que de m’en mettre plein la vue, sans que mon cerveau ne soit sollicité une seule seconde).
Mais revenons au premier épisode, qui restera longtemps dans ma mémoire, et rendons-lui hommage en ce jour avec la critique de son artbook : The Art Of The Matrix.

THE ART OF THE MATRIX

 

FICHE DESCRIPTIVE

  • Pages: 488 pages
  • Éditeur: Newmarket Press; 1REV édition (4 décembre 2000)
  • Langue: English
  • ISBN-10: 1557044058
  • ISBN-13: 978-1557044051
  • Dimensions du produit: 22,2 x 3,4 x 28,4 cm
  • Poids d’expédition : 1,9 Kg

ASPECT

On peut dire que ce artbook envoie du très lourd, il est rare en effet de voir un artbook frôler les 500 pages et ça se ressent avec son poids de 2 kg, je ne vous conseille pas de le lire debout, ni dans votre lit !
La couverture reprend une affiche du film, mais lorsqu’on enlève la protection plastique, nous nous retrouvons avec une couverture noire et l’inscription sur la tranche du titre du artbook : « The Art Of The Matrix » en lettres vertes du plus bel effet. Pour que ce livre soit parfait, il manque juste sur la couverture quelques lettres vertes qui tombent comme dans le film.

THE ART OF MATRIX : Un artbook Culte pour un film Culte

CONTENU

Première chose : Ce artbook a été édité en 2000, puis a connu une réédition en 2007. Ainsi il ne parle que du premier film (j’en vois certains qui sont soulagés).

Donc ; que peut-il bien contenir pour avoir près de 500 pages. Déjà, il possède le script intégral sur plus de 122 pages, placé au milieu du livre. Il nous reste donc près de 370 pages et je peux vous dire que ces pages sont magnifiques.

C’est donc parti pour 370 pages de bonheur avec en premier, les story-boards en noir et blanc des grands moments du film dans l’ordre chronologique. Le style fait penser à un comics avec les traits dynamiques qui collent parfaitement à l’ambiance du film. Lors de la lecture des story-boards, on s’aperçoit qu’ils n’ont pas été dessinés suivant l’ordre de leur apparition dans le film. En effet selon certains passages nous avons un Néo avec des cheveux longs, puis courts, cela parfois à une page de différence. A l’instar de Trinity qui a parfois un visage différent faisant même penser à l’héroïne du film Nikita. De même,  nous aurons aussi la surprise de voir des passages supplémentaires, par exemple la poursuite au tout début du film de Trinity par les agents continue sur un train de banlieue à pleine vitesse, chose totalement absente dans le film.

Nous avons aussi, quelques fois les storyboards en couleur pour les moments importants du film. C’est le cas pour le réveil de Néo hors de la matrice : tous ces story-boards sont à dominante rouge. C’est également le cas quand Néo doit choisir entre la pilule rouge ou bleue (c’est vrai qu’il aurait été maladroit de montrer ce passage en noir et blanc !) et la séquence qui suit avec la déformation du miroir. À tout cela s’ajoute entre les quelques 800 vignettes des storyboards, les commentaires des illustrateurs par rapport aux choix et la vision qu’ils avaient du film.

Qui dit Artbook, dit bien sur croquis de conception, et encore une fois les rétines vont s’en prendre un coup avec des dessins superbes des créatures mécaniques telles que les sentinelles ou les récolteurs par exemple. Mais là où ça devient de la folie, c’est la partie sur le Nebuchadnezzar avec son aspect extérieur, mais surtout les illustrations de l’intérieur du vaisseau y sont incroyables : il y a vraiment tout avec un nombre de détails hallucinant. Il serait vraiment trop dur de l’expliquer, je vous laisse donc regarder les photos plus bas. Nous avons entre autres, l’infirmerie, le pont principal, le cockpit, la chambre de Néo… dont certains dessins sont sur une double page.

Il y a aussi les storyboards des scènes rejetées ou des chorégraphies de combat rejetées, comme celle sur le toit du building où se trouve l’hélicoptère. Le combat qui s’y tient est tellement violent que l’on ressent la douleur rien qu’en visionnant les story-boards.

Pour finir, nous avons la reproduction des affiches et des scènes du film mises en juxtaposition avec les storyboards.

Je me tue à vous le dire : que du bonheur!!

CONCLUSION

Voilà un artbook fantastique qui rend parfaitement hommage au film, immense et débordant d’informations et d’images. La beauté des croquis et le nombre incroyable de storyboards méritent à eux seuls l’achat de ce artbook.

Pour les fans comme moi du film, l’intégralité du script est la cerise sur le gâteau et fait que cet artbook devienne indispensable au même titre que le coffret DVD ou Blueray.

Maintenant une question se pose à moi : le fait qu’un artbook aussi parfait existe me fait penser que je dois sûrement être dans la matrice, d’ailleurs c’est moi ou ce chat noir vient de passer une deuxième fois devant moi ?!

—- NOTE 18/20 —-

— Un petit commentaire, une visite sur la chaine youtube, ou un like sur facebook, c’est gratuit et ça fait toujours plaisir. À votre bon cœur m’sieur dames 😉 —

—————————————————————————-

Je subventionne une partie de l’achat de mes artbooks grâce aux liens sur mon blog, si vous voulez acheter ce livre pensez à moi ceci me permettra de faire plus de reviews, merci ;)

——————————————————————————-

débuggé à la pioche rouillée par ladoze
 
3 Comments  comments 

3 réponses

  1. Il est vraiment magnifique cet artbook, le seul petit inconvénient pour moi c’est qu’il soit en anglais mais bon au vu des ces belles photos, je craquerais sûrement un jour !!!

  2. tard pas trop à craquer car parfois le prix s’envolent

  3. ladoze

    Rematricé avec la Zion-touche par ladoze
    http://guillaumedauzou.wordpress.com/

Translate »
%d bloggers like this: